Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 17:58

Léo Ferré / L'étang Chimérique

 

Ferre.jpg

 


L'Ile Saint-Louis ", " Paris canaille  " l'étang chimérique" , " le Bateau espagnol " " Paname" , " Jolie môme" , etc., , Ferré a écrit dès ses débuts de nombreux chef d'oeuvre...

 

Faisons un sort particulier à cet " Etang chimérique" qui semble sortir d'un paysage de Nerval ou d'Alain Fournier :

 

Nos plus beaux souvenirs fleurissent sur l'étang
Dans le lointain château d'une lointaine Espagne
Ils nous disent le temps perdu ô ma compagne
Et ce blanc nénuphar c'est ton cœur de vingt ans
 
Un jour nous nous embarquerons
Sur l'étang de nos souvenirs
Et referons pour le plaisir
Le voyage doux de la vie
Un jour nous nous embarquerons
Mon doux Pierrot ma grande amie
Pour ne plus jamais revenir....


 

 


Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 21:43
Francis Lemarque Chante Francis Carco

Lemarque-Carco.jpg

 Ce petit album 33 Trs, réédité discrètement par universal en 2001, après avoir été avoir été longtemps introuvable, est une petite perle trop méconnue, un de ces disques à emporter sur l'île déserte.
La rencontre de Francis Lemarque avec les textes de Francis Carco est tout à fait étonnante et il semble que les mots de l'un répondent aux musiques de l'autre, et vice versa.
Si Francis lemarque et Francis Carco se sont rencontrés, c'est bien après la mort de ce dernier que ce disque a été créé et enregistré, en 1965. Francis Carco n'aura donc jamais entendu la mise en musique de ses vers et  les orchestrations de l'arrangeur Armand Migiani qui n'ont rien perdu  de leur charme.

En plus d’un mélodiste doué, Francis Lemarque, qui s’était lontemps tapi derrière le succès d'Yves Montand, se révèle un talentueux interprète et montre une étendue vocale qu'on ne lui connaissait pas jusque là. Les  textes de Francis Carco absolument savoureux, sensibles, drôles et gouailleur ont trouvé en Francis Lemarque une très belle voix.

Je me Souviens de la Bohème

Le texte le plus connu de ce petit opus de douze titre, à juste titre



La Plus belle


Un autre extrait dans le registre qui a fait le succès de l'auteur de Jésus-la-Caille. Irrésistible !

Pour info, l'ensemble des titres de cet album est téléchargeable depuis 2008 sur le site Universal.

link
Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 22:14


"Je te crèverai charogne!
Un vilain soir!
Je te ferai dans les mires
deux grands trous noirs!
Ton âme de vache dans la danse
Prendra du champ!
Tu verras cette belle assistance
Au four-cimetière des Bons-Enfants! "

Règlement, chanson de Louis-Ferdinand Céline interprétée par lui-même

"On n’en finira jamais de discuter les mérites et les infamies du «drôle de citoyen» Louis-Ferdinand Céline, médecin des pauvres et collaborateur antisémite… Mais un fait est indiscutable: son écriture unique, dévastatrice, a tout changé dans la littérature française du XXe  siècle. Notons en passant que ce n’est pas contradictoire : la littérature n’est pas un art d’agrément; traduction visionnaire de la réalité (du moins dans le meilleur des cas !), elle prend le risque de réinventer formes et valeurs – « pour écrire, il faut payer », disait sobrement Céline à la fin de sa vie, alors qu’il vivait en exilé de l’intérieur. Et Céline à payé le prix fort: la bêtise morale au-delà de la génialité littéraire. Comme « pour payer », cet esthète obsédé par la danse classique refusait de séduire (coquetterie suprême). Écoutez les deux chansons interprétées par Céline lui-même, c’est plus rude que Michel Simon dans « l’Atalante » ! La voix curieusement cassée de Céline, ton faussement "popu", sont des aspects travaillés de son oeuvre à connaître  au même titre que ses livres."

Christophe DESHOULIERES – CENTRE PRESSE

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 17:36

Renee-Lebas.jpg


C'est une chanson de "triste circonstance" que nous avons choisie aujourd'hui.

Renée Lebas, interprète à succès dans les années 50, est disparue voici quelques semaines, peu de temps avant Noël. La renommée est bien ingrate, le talent aussi peut l'être et son décès est passé bien inaperçu des médias ...

Pourtant, la rigueur de son interprétation interprète et ses choix de textes en font une artiste qui a marqué l'histoire de la chanson.

On se souviendra d'elle comme l'interprète qui créa l'un des plus beaux textes de la chanson : la Mer, écrite et composée par  Charles Trénet.

Elle était aussi  l’interprète de Tire, tire l’aiguille et Mammy inspirées du folklore juif ashkénaze, et de Où es-tu mon amour, Paris Canaille, Mon ami réveille-toi, Une rose rouge, D’l’autre côté de la rue, et de nombreuses autres très belles chansons de Eddie Barclay, Eddie Marnay, Jean Dréjac, Francis Carco, Boris Vian, Léo Ferré, Michel Legrand, Francis Lemarque, Pierre Delanoé, Charles Aznavour ….

Elle fut probablement la première chanteuse à aborder avec beaucoup de pudeur le thème de la Shoah en 1956 dans une chanson signée Eddie Marnay et Emil Stern, La Fontaine endormie, en hommage « A ma petite sœur Madeleine » déportée à Auschwitz en mars 1944.

Dans les années 50, elle chantera Garde l’Espérance avant qu’elle devienne la Hatikva, hymne de l’Etat d’Israël. Lors de sa création en 1981, Radio J (94,8MHZ) en avait fait son générique d’ouverture d’antenne.

Elle avait mis un terme à sa carrière de chanteuse en 1963, à 44 ans se trouvant « trop vieille pour chanter des chansons d’amour » !

Renée Lebas s’était alors consacrée à la découverte et à la promotion d’artistes comme Serge Lama et Régine, puis à la production de films d’animation pour les enfants.

 

Chanson tendre

Un texte d'un grand écrivain, Francis Carco, l'auteur à succès de de Jésus la Caille et qui a légué à la chanson de très beaux textes dont nous reparlerons très bientôt et que Renée Lebas a souvent chanté.

A noter que c'est la voix de Francis Carco lui-même qui ouvre cette chanson (il existe d'ailleurs pour les amateurs une autre version très émouvante de cette Chanson tendre interprétée par Francis Carco lui-même et enregistré dans le cabaret montmartrois "le Lapin agile")

 

 

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 14:59

Le petit Lauriston Boris VIAN
(la chanson, disponible aux éditions Jacques Canetti, n'était malheureusement pas disponible sur Deezer. Nous n'avons trouvé que cette version avec un petit montage vidéo, pas très utile à notre sens. A écouter les yeux fermés !)


Le petit Lauriston (berceuse pataphysique)


Cette berceuse pataphysique, qui chante comme une comptine pour enfants, est sans doute une des chansons les plus réussies de Boris Vian.

Perle d'absurdité, d'humour décalé, dénonçant sans en avoir l'air des faits d'une grande atrocité, elle est une référence appuyée à un univers littéraire que Vian affectionnait particulièrement, celui d'Alfred Jarry, créateur de la Pataphysique, science que l'écrivain définissait fort simplement comme la «science des solutions imaginaires».


Boris Vian fut, pour mémoire, membre éminent du collège de pataphysique, fondée en 1948,en qualité de Satrape - promotion du 22 Palotin 80 (pour le profane, le 11 mai 1953).


Sous son air badin, elle est une chanson violemment engagée, plus subtilement et férocement encore que sa chanson la plus connue du public, Le déserteur.


Sous le terme de Lauriston se cachent ces auxiliaires français, regroupement pour la plupart de truands, proxènètes, maîtres chanteurs, criminels endurcis, à la solde de l'occupant dont une des missions les plus viles sera l'espionnage et la chasse aux résistants.  Ces membres du grand banditisme  formaient ainsi la Gestapo française, appelée aussi « Carlingue » et leurs bureaux situés au 93, rue Lauriston, à Paris devinrent de 1941 à 1944 une des annexes de la Gestapo allemande (elle située à deux pas, avenue Foch) où l'on torturait et tuait de nombreux résistants. On y pratiquait le supplice de la baignoire, le limage des dents, l'arrachage des ongles...


Le texte Le petit Lauriston a été écrit en cette année 1953, quelques années seulement après ces faits de guerre perpétrés par des français. Il ne sera enregistré que bien plus tard, en 1971, (on peut comprendre pourquoi), après la mort de son auteur, par les Quatre Barbus et  à l'initiative de Jacques Canetti.


Bonne écoute !



Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 00:17

 



Durant les "années folles", qui portent ici bien leur nom, ces deux duettistes, aux dons vocaux exceptionnels, vont s'unir à la scène (et à la vie ?) pour parodier de grands airs du répertoire lyrique en les ponctuant de reparties cinglantes ou cocasses.

Il s'agit du ténor-pianiste toulousain, Antoine Brancato, et du baryton-martin-soprano, Jean Charpini. Ouvertement homosexuel, ce dernier était célèbre pour ses numéros de travesti où il caricaturait des comédiennes célèbres comme Cécile Sorel, ou n'hésitant pas à endosser des rôles d'héroïne de l'opéra ou de l'opérette comme ceux  de Carmen, Manon ou Véronique.

Cette chanson,
enregistrée en 1936, intitulée "Le duo des dindons"  et tirée de l'opérette La Mascotte (livret de Henri Chivot et Alfred Duru, musique d'Edmond Audran) est une petite pièce d'anthologie tout à fait délicieuse et audacieuse quand on la replace dans le contexte de la France de l'Avant-guerre  ...

Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault

 

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 22:21


FA5085





Formé de Gilles (Jean Villard) et de Julien (Amand Maistre), ce duo a révolutionner non seulement les tours de chant à deux interprètes mais tout simplement le tour de chant tel qu'on le concevait au milieu des années trente.

 Si l'on est à même de passer outre les grésillements et la bande passante limitée des ces enregistrements (disponibles chez Frémeaux sous la forme d'une très belle Intégrale), il faut reconnaître que l'on est face à de petits chefs d'oeuvre, souvent teintés d'humour et d'humanité. Dans les années 30, ce répertoire ressort avec d'autant plus de force qu'il est unique en son genre et marque le réveil de la chanson socio-politique, au souffle souvent poétique et aux textes littéraires La qualité de leur réalisme, de leur simplicité et de leur élan fait de verve populaire a un accent neuf dans ces années 30.

 


Charles Trénet est souvent considéré comme la figure tutélaire tutelaire de la chanson française (enregistrée) ; c'est vrai mais il ne faut pas oublier Gilles et Julien et leur influence sur la génération d' artistes qui s'en est ensuivi (Yves Montand, Jaques Brel). Quelques titres, repris par Juliette, Gérard Pierron, Francis Lemarque, ces dernières années montrent toute la singularité de ces chansonniers dont le répertoire a franchi les années avec beaucoup d'élégance et sans rien perdre de sa modernité.

Mais le mieux reste d'écouter :

Dollar -

 

cette chanson satirique à succès (grand Prix du Disque en 1934), écrite en 1932, sur le thème de la mystique de l'argent et de la "fabuleuse Amérique" par Jean Villard Gilles, est souvent considérée comme la première chanson engagée du 20ème siècle (sil elle n'est pas la première, elle est de premier plan dans la production du début du 20ème siècle ; l' "engagement » n'est jamais en soi un gage de qualité artistique, loin s'en faut.).

 

 

 

 


La ballade du cordonnier

 

 

cette chanson de Jean Tranchant inscrite dès 1933 au répertoire de Gilles et Julien laisse deviner (faute de documents audiovisuels)ce que fut ce numéro de duettiste qui parcourut, à raison de plusieurs centaines concerts par an, les scènes françaises de 1932 à 1937. Petit chef-d'oeuvre d'interprétation !

 


 

Stanislas Fonlupt et Géraldine Joigneault

 

Les références du disque reprenant l'intégrale du répertoire enregistré de Gilles et Julien, ainsi qu'une notice très intéressante, est disponible sur le lien suivant :

 

http://www.fremeaux.com/index.php?page=shop.product_details&category_id=74&flypage=shop.flypage&product_id=497&option=com_virtuemart

 

 


Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 18:19

Verligodin

Par Yvette Guilbert

 

301px-Toulouse-lautrec_yvette_guilbert.jpg

Cette chanson, un texte datant du 15ème ou 16ème siècle, est une petite saynète qu'Yvette Guilbert (1865-1944) a mis à son répertoire dès 1913, et où elle fait dialoguer deux époux sur un accompagnement simple au piano.


Elle illustre cette poétique du parler-chanter, de la « double voix » (comme on le dit de la double main pour celui qui sait écrire et dessiner) dont Yvette Guilbert était passé maître et qu'elle a développé dans un de ses ouvrages sur le sujet La chanson de ma vie. L'effet produit sur le spectateur, loin de constituer un mystère relève d'un savoir certain, d'un art qu'elle a développé sa vie durant.


Le document ci dessous, enregistré sur disque électriquement à la fin de sa carrière de l'artiste en 1933, est d'une belle qualité (comparé au premiers enregistrements sur cylindre de la fin du 19ème siècle).


Il faut très peu d'imagination pour y décèler quel fut le talent de la « Diseuse fin de siècle », comme on l'appelait alors.


Yvette Guilbert a été la source d'inspirations d'interprètes plus contemporains, tant pour son art de la scène que pour son répertoire : Juliette Gréco, Barbara qui a mis à son répertoire plusieurs de ses titres près de 70 ans après leur création (Madame Arthur (1892), Le fiacre (1892) et D'elle à lui (1898)...

 

 

 

Stanislas Fonlupt - Géraldine Joigneault

Paroles

[Source : http://www.wikiparoles.net/Wiki/index.php/Verligodin_(Guilbert_Yvette)]

D'où venez-vous, d'où venez-vous donc mon joli Verligodin

D'où venez-vous, d'où venez-vous donc mon ami doux, ben je viens de la foire

Vous venez de la foire? mais y'a pas de foire, mais si parbleu quoé je viens de la foire

 

Et que m'avez-vous donc rapporté mon joli Verligodin?

Que m'avez-vous donc rapporté mon ami doux?, Quatre balais

Quatre balais? mais je vois point de balais mais si parbleu quoé quatre balais

 

Eh ben! où c'est t-y que vous les avez mis mon joli Verligodin?

Eh ben! où c'est t-y que vous les avez mis mon ami doux? Dans un coin

Dans un coin? mais je vois pas de coin, mais si parbleu quoé dans un coin

 

Mais pourquoi donc vous fâchez-vous mon joli Verligodin?

Mais pourquoi donc vous fâchez-vous mon ami doux? Bah! je suis malade

Vous êtes malade? vous êtes point malade, mais si parbleu quoé je suis malade

 

Eh ben! alors, alors soignez-vous mon joli Verligodin

Eh ben! alors soignez-vous mon ami doux, ben j'ai point le sou

Vous avez point le sou!, vous êtes riche comme tout, mais non parbleu quoé j'ai point le sou

 

Sous votre matelas y'a plus de trois cents francs mon joli Verligodin

Sous votre matelas y'a plus de trois cents francs mon ami doux, mais comment que tu le sais?

Ah! comme ça je le sais, je vois ben que tu le sais mais parbleu comment que tu le sais

 

Dame vous nous laissez tous crever de faim mon joli Verligodin

Dame vous nous laissez tous crever de faim mon ami doux

Ah! mais c'est mon bien

Ah oui, c'est t-y pas aussi le mien?

Ah non parbleu quoé c'est mon bien

 

Ah! quand vous mourrez je sais ben ce qu'arrivera mon joli Verligodin

Quand vous mourrez je sais ben ce qu'arrivera mon ami doux

Ben quoé on m'enterrera

Ah oui! et le curé c'est qui qui paiera?

Ah! alors là je m'en fous hé! on m'enterrera

 

Vous savez ce qui diront vos enfants mon joli Verligodin

Vous savez ce qui diront vos enfants mon ami doux

Y diront Tiens le vieux est mort y gueulera pus

Eh ben ils ont torts, je gueulerai encore

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 18:22
Athées souhaits - L'homme - Yves Jamait
Il serait temps de concevoir de s'occuper de la planète ...

Peut-on s'imaginer qu'un jour / L'être humain déifie sa Terre / Et lui consacre autant d'amour / Qu'à ses religions délétères ? ...

A découvrir pour ceux qui ne connaissent pas. On aime beaucoup.






Yves-Jamait---Casino-de-Paris---2009--47-.jpg

Photographie prise au Casino de Paris
Géraldine Joigneault et Stanislas Fonlupt
Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 22:50

 

Chez Leprest, Volume 2

 

 

 

Allain Leprest et Claire Lise Alhambra 2009



L'album Chez Leprest volume 1 était un de ces disques d'exception comme on n'en entend peu. Tout y était réussi, les arrangements de Romain Didier particulièrement éclectiques et efficaces, la connivence des interprètes avec leur auteur rare et convaincante.

 


Nous avions beaucoup, beaucoup aimé. La plupart des textes de Leprest étaient servis dans leurs plus beaux écrins et tous prenaient une dimension que les propres enregistrements studios de Leprest ne leur offrait pas toujours. Et le volume 2 alors ?

Il faut reconnaître que faire mieux relevait de la gageure.


Et pourtant, ce deuxième volet est tout aussi remarquable


Les textes de ce Chez Leprest Volume 2 sont admirablement servis par ses interprètes. On y retrouve avec délice les amis au long cours de l'auteur, ceux qui connaissent leur Leprest sur le bout des doigts, Francesca Solleville dans une gouailleuse version de Je ne te salue pas, Gérard Pierron dans un aérien Youri Gagarine dont il a composé la musique, Romain Didier, le complice de presque toujours, Jean-Louis Foulquier, Anne Sylvestre aussi dans un texte très émouvant Sarment, qui avait été chanté en son temps par Francesca Solleville, Gilbert Lafaille, Adamo...

 

 

 


Et puis il y a les « nouveaux », ceux des « affinités électives » qui revisitent ce répertoire et qui affirment le caractère actuel de cet auteur : La rue Kétanou, Alexis H.K., Claire Lise, Olivia Ruiz  qui revient dans ce volume 2 dans une version délicieusement sinistre de La Dame du Dixième.

 

 

 


Le tout servi par des arrangements particulièrement réussis de Thierry Garcia et de Romain Didier


Romain Didier


Un disque superlatif, exceptionnel, l'objet de sa discothèque idéale qu'on n'oublie pas d'emporter avec soi sur l'île déserte (avec le générateur, la platine disque et les haut-parleur). Presque sûr que si les défunts Cahiers de la chanson et leMonde de la musique existaient encore, ce disque aurait eu droit sur le cellophane de sa jaquette à deux jolis stickers... En attendant que Télérama n'y mette le sien, courez vite vous le procurer, il en vaut vraiment la peine, même sans !

 


Thierry-Garcia.jpg


Stanislas Fonlupt et Géraldine Joigneault


Tous les Crédits photographiques : Stanislas Fonlupt et Géraldine Joigneault.

 












Coffret cd-dvd Chez Leprest, Vol.2, Tacet/L’Autre Distribution

Titres :
1. SDF (La Rue Ketanou) 10. Je ne te salue pas (Solleville, Francesca)
2. Arrose les fleurs (Amélie-Les-Crayons) 11. Le poing de mon pote (Flow)
3. Le temps de finir la bouteille (Alexis HK) 12. Josephine et Séraphin (Lafaille, Gilbert)
4. L'olivier (Adamo) 13. Madame sans âme (Kent)
5. Rue Blondin (Lise, Claire) 14. Bilou (Mayereau, Isabelle)
6. Sarment (Sylvestre, Anne) 15. La retraite (Foulquier, Jean-Louis)
7. Les tilleuls (Clarika) 16. Good bye Gagarine (Pierron, Gérard)
8. Je hais les gosses (Morel, Gérard) 17. La dame du dixième (Ruiz, Olivia)
9. Où vont les chevaux quand ils dorment (Putzulu, Bruno) 18. Je viens vous voir (Didier, Romain)

 + DVD: Concert "Allain Leprest et ses amis" au BATACLAN le 12/03/08 Avec Allain Leprest, Olivia Ruiz, Hervé Vilard, Romain Didier, Daniel Lavoie, Jamait, Loïc Lantoine, Jean Guidoni, Mon Côté Punk, Fantine Leprest, Agnès Bihl, Jehan.
Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Géraldine Joigneault - dans UNE CHANSON PAR JOUR (ou presque...)
commenter cet article

Who's Who

  • : Expressions
  • Expressions
  • : Music Hall, chansons, photographie. Quelques unes de nos passions. Venez nous rejoindre, aidez nous à enrichir ses pages de vos documents authentiques, aticles, images.
  • Contact

BIENVENUE

Dans une blogsphère déjà bien riche,il est question, dans notre blog polymorphe, de quelques unes de nos passions : photographies, music hall,concerts, spectacles en lien, de près ou de loin, avec la chanson française...

Vous avez aimé ce site et ses articles.
Abonnez-vous à la Newsletter


A PROPOS DE NOUS

blog-expressions-saint-nazaire-geraldine-Joigneault-Stanis.jpg

CONNEXE

Paperblog

.

.