Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 18:35

 

 

abandon blog expression géraldine Joigneault (2)

 

 

 

abandon blog expression géraldine Joigneault

 

 

 

abandon blog expression géraldine Joigneault (4)

 

 

 

abandon blog expression géraldine Joigneault (3)

 

 

 

Photographies "abandon" de Géraldine Joigneault et Stanislas Fonlupt

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Geraldine Joigneault - dans URBAIN
commenter cet article
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 23:09

Portuaire-5.jpg

Portuaire-7.jpg

 

Portuaire-8.jpg

 

Portuaire-10.jpg

 

Portuaire-3.jpg

 

Portuaire-1.jpg

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Geraldine Joigneault - dans URBAIN
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 13:28

La Maison Radieuse, également appelée Cité radieuse de Rezé ou La Maison familiale, est une résidence sous forme de barre sur pilotis située sur la commune de Rezé (Loire-Atlantique), au sud de l'agglomération nantaise, où Le Corbusier a tenté d'appliquer ses principes d'architecture pour une nouvelle forme de cité, un village vertical, appelé "Unité d'habitation". C'est la deuxième des quatre unités d'habitation construites en France avec Marseille, Briey et Firminy.

 

Maison-radieuse-geraldine-joigneault.jpg

 

 

Installée dans un parc boisé de 6 hectares et au pied d'une pièce d'eau, elle fait 52 m. de haut, 108 m. de long, et 19 m. de large. Elle est plus petite que celle de Marseille. Elle comprend 294 logements répartis sur 17 étages et accessibles par 6 rues intérieures. Ils peuvent accueillir 1400 personnes.

 

Le site de " La Maison Radieuse de Rezé - Le Corbusier "


Le site de la " Fondation Le Corbusier"

 

Photographie Géraldine Joigneault et Stanislas Fonlupt - Maison Radieuse de Rezé - Le Corbusier

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Geraldine Joigneault - dans URBAIN
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 21:14
Voici notre dernier travail photographique :

Impuissance copie copie



Une série de 10 photographies sur les sentiments sociaux.

Voici la démarche :

SENTIMENTS SOCIAUX  2010:

« De la déconstruction sociale à l’espérance »


A l’heure où la société s’effrite et se renouvelle, la déconstruction, est un terme à la mode « sociale » et politiquement correct de toute ville soucieuse de ses habitants…Les fameux CUCS (Contrat Urbain de Cohésion Sociale)…

Même si lexicalement parlant le mot effraie moins que destruction ou démolition, sa signification première est relative à l’homme. C’est en effet le fait de briser la personnalité qu’un individu s’était construite.

J’ai choisi ce thème socialement présent et ambivalent qui révèle dans notre société actuelle des sentiments complexes et paradoxaux et qui reflète à mon avis un esprit beaucoup plus large qu’une simple déconstruction d’habitation.

De la déconstruction à la reconstruction, aucune lueur d'espoir quand la machine se met en route.

Le sentiment de destruction inéluctable se retrouve donc autant chez l’habitant que dans son estomac.

 

 

Par un bel après-midi d’automne, dans un quartier périphérique de la ville, ce couple d’habitants semble perdu dans ses pensées. En vérité, au pied de cet immeuble, ils sont dans un état d'absence. Ils ont l'air de fixer l'infini.

Le bruit, la poussière, le chaos règnent.  Ils ont une soixante d’années et trente quatre ans de vie dans cet immeuble aujourd’hui dévoré par une machine. Rongé, broyé, englouti, abattu …

Sortant de leur torpeur, ils se retournent, la larme à l’œil : impossible vision révélatrice de violence, de haine, d’identité qui part en friche.

 

Séparation, solitude et déstabilisation, ils sont incapables de se défendre, ni par la pensée, ni par la parole, ni par la fuite. Naissent alors en eux des sentiments contradictoires. Ils passent d’une immense détresse à une véritable terreur. Seuls les riverains sont satisfaits, heureux de voir disparaître ces tours qui leur font de l’ombre.


Vient alors la douleur physique, l'estomac qui brûle, l'enfer recommencé, les regrets. Sentiments venus de leur pré-histoire, de l’impuissance à l’espérance, naît le ressenti de destruction identitaire, sensation d’un passé qui ne passe pas.

Naissent aussi les attentes et les désirs sous les ruines du vécu, les espérances d’un changement, d’une reconstruction.
Identification imaginaire, transfert de temps et évanouissement des déchirures de leur mémoire  … dans l’espoir d’une vie renouvelée pour enrayer une sournoise nostalgie.

En exposant ces photographies, je fais parler les silences de leur histoire, possibilité de mémorisation.

Je me demande alors quel est le destin de toutes ces personnes expropriées, les conséquences de cette violence subie – rarement nommée ni reconnue. L'absence de tout témoin, de toute parole ajoute à l'horreur et la perpétue.

Ces photographies informent mais ne racontent pas cette violence mise en acte synonyme d’autodestruction.

Je vous offre des mots, des sentiments comme autant de clés qui ouvrent les portes du ressenti et de la compréhension des silences de ces personnes expropriées.


Car peu importe la distance parcourue, le déracinement, qui détruit les cadres spatiaux et temporels de l’existence ordinaire, peut-être ressenti violemment.

C’est toujours une part de soi qui s’en va.

Découvrir et ressentir ce tourbillon d’émotions vécues nous humanise.

 

Pour voir la totalité des photographies, voici le lien : ici

La galerie se nomme : 2010 ARLES

 

Bonne visite et n'hesitez pas à nous faire par de vos commentaires.

 

Colère copie copie

 

 

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Geraldine Joigneault - dans URBAIN
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 20:14
Ce n'est pas un montage photographique mais une oeuvre de Felice Varini réalisée à Saint Nazaire lors de la biennale Estuaire 2007.
Il faut monter sur la terrasse panoramique, sur la base sous marine, pour observer l'oeuvre complète...La forme peinte est cohérente quand le spectateur se trouve au point de vue.
L'effet visuel est très impressionnant.
Comme à son habitude, Felice Varini a peint sur un paysage, (formé ici d'une multitude de bâtiments industriels dont il a fait une immense toile, s'étendant sur une surface de plus d'un km de longueur sur 1 km 3 de largeur) une forme géométrique abstraite (une succession horizontale de triangles) dont les sommets des angles ou les extrémités des lignes viennent s'appuyer sur des points clés de l'architecture.



Triangle-de-Varini-blog-expressions.jpg


Triangles-de-Varini-Blog-expressions-2.jpg


Photographies Géraldine Joigneault et Stanislas Fonlupt - Suite de triangles - Felice Varini - Saint Nazaire


Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Geraldine Joigneault - dans URBAIN
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 21:35


A propos de TRIGNAC, notre "cadre de vie"

Les Forges de Trignac

Quelques images de notre commune de Trignac en Loire Atlantique, aux portes de Saint-Nazaire.


Si Trignac évoque peu de choses à ceux qui ne l'habitent pas, ses anciennes forges sont bien connus des habitants de la région, pour être visible depuis la quatre voies qui relient Nantes à Saint-Nazaire. On ne peut guère les manquer !

Ces forges, plus de centenaires, créées en 1879 par la société des Mines de Fer d'Anjou et fermées en 1943, ont construit l'identité de Trignac. Monument de l'histoire sociale de la ville, l'activité sidérurgique fut avant tout l'élément du développement économique de cette ville ouvrière, qui employa aux heures les plus fastes  jusqu'à 1500 salariés.
Frappée par la crise de la construction navale en 1920 pour laquelle elle produisait tôles et profilés pour la construction des navires et des chaudières, la société  cessa son activité de production de fonte en 1932 suite à l'arrêt des hauts-fourneaux et  l'usine est fermée définitivement le 23 mars 1943. Il ne reste aujourd'hui que ces curieux échassiers de bétons armés, vestige d'un flambant patrimoine industriel, et semblant vouée à l'abandon et à une ruine inexorable.

Pont de Paille Trignac

 

Trignac, c'est aussi "une ville construite à la campagne" (Les roseaux et le canard Col vert sont d'ailleurs ses emblèmes), pour reprendre la boutade d'Alphonse Allais, au pied du parc régional de Brière. Il faut dire que fin 19ème siècle, Trignac dépend encore de la commune de Montoir-de-Bretagne, et ne compte que 319 habitants (pour un peu plus de 7000 aujourd'hui). Hameau entouré de marais, ses habitants, installés près des îlots de Berre, Trembly, Hocquart ou Aine, pratiquent alors la chasse et la pêche, utilisent et vendent la tourbe et les roseaux. Le marais s’assèchant, les îles disparaissent. En 1879, les hameaux communiquent par des chemins qui mènent tous à l’unique lieu de travail : les Chantiers de Construction Navale de Saint-Nazaire.

 

 

C'est seulement le 31 mars 1914 que Trignac est érigé en commune indépendante. Trignac

 

 

 


Au cours du siècle dernier, Trignac s'étend avec le développement de deux zones commerciales La  Butte de Savine abrite deux zones commerciales de première importance pour l’agglomération : la Fontaine au Brun et Savine. Face à elles, Trignac-Certé, quartier d’habitat social, dresse ses deux massives « tripodes », des tours construites en 1975 et 1976 abritant près de 300 logements. L’ensemble marque l’entrée dans la partie densément urbanisée de l’agglomération.

 


En 2009, les tripodes de Certé disparaissent du paysage de Trignac...

Certé - Vue d'ensemble




Tripode Certé Trignac


Tours de Certé - Trignac

Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Geraldine Joigneault - dans URBAIN
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 21:09
 Architectonique ... ou comment réussir ses photographies d'architecture urbaine.

Le seul conseil que je puisse vous donner est de vous décidez pour un lieu que personne n'aurait envie de choisir au premier abord !

Pour ma part, j’aime la photographie urbaine et d'architecture pour sa mise en valeur des couleurs, des formes et des lignes de fuites.

J’aime particulièrement la photographie d’architecture industrielle. C’est une esthétique particulière.

L’objet est parfois ingrat mais très intéressant à photographier. Ce sont souvent des façades auxquelles les quidams ne font pas attention.

Pourtant, c’est grâce à ces bâtiments que l’atmosphère existe. Dévoiler cette architecture permet d’ouvrir les yeux sur une autre beauté.

" L'architecture, c'est de la musique figée".

Johann Wolfgang von Goethe



La série ci-dessous a été prise sur le port de Saint Nazaire et sur celui de la Turballe :

 

 

Saint nazaire blog expressions 13

 

 

Saint nazaire Blog expressions 2

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 4

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 12

 

 

Saint Nazaire blog expressions

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 5

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 3

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 6

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 9

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 8

 

 

Saint Nazaire Blog expressions 14

 

 

Photographies Géraldine Joigneault et Stanislas Fonlupt - Port de Saint Nazaire et Port de la Turballe

 

 



Repost 0
Published by Stanislas Fonlupt & Geraldine Joigneault - dans URBAIN
commenter cet article

Who's Who

  • : Expressions
  • Expressions
  • : Music Hall, chansons, photographie. Quelques unes de nos passions. Venez nous rejoindre, aidez nous à enrichir ses pages de vos documents authentiques, aticles, images.
  • Contact

BIENVENUE

Dans une blogsphère déjà bien riche,il est question, dans notre blog polymorphe, de quelques unes de nos passions : photographies, music hall,concerts, spectacles en lien, de près ou de loin, avec la chanson française...

Vous avez aimé ce site et ses articles.
Abonnez-vous à la Newsletter


A PROPOS DE NOUS

blog-expressions-saint-nazaire-geraldine-Joigneault-Stanis.jpg

CONNEXE

Paperblog

.

.